S'abonner à la newsletter

Nous avons 46 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

Keleier Arkae n° 83 : Spécial Libération d'Ergué-Gabéric

Nouvelles du patrimoine d'Ergué-Gabéric - juillet-août 2014
 
Il y a 70 ans, au cours des premières journées du mois d’août 1944, Quimper et les communes environnantes mettaient fin à l’occupation allemande. François Ac'h revient, jour par jour, du 3 au 10 août 1944, sur les actions qui ont permis la libération d'Ergué-Gabéric. Il croise les récits des acteurs situés en différents points pour restituer le ressenti de chacun et donner une vision large de cette évènement historique.
 

"Dans le cadre du blocus imposé aux troupes ennemies par les résistants, Ergué-Gabéric représentait une position stratégique de premier plan. Notre commune se trouvait située entre, d’une part, le camp de Langolen, où les compagnies FFI et FTP se constituaient et s’équipaient grâce aux parachutages alliés, et d’autre part, la ville de Quimper, place forte allemande. La position d’Ergué-Gabéric, à la fois sur cet axe Langolen-Quimper et en retrait des sorties de Quimper vers Lorient, et de Quimper vers Brest, a déterminé la façon dont notre commune a servi, en quelque sorte, de base arrière. Le Bourg a été un point de rassemblement des maquisards et le lieu de regroupement des premiers prisonniers allemands. Le  Rouillen, plus précisément « l’abattoir Mercier », la ferme d’Alfred Le Mercier a été, du 5 au 8 août, le poste de commandement de « Berthaud », le chef départemental des FFI, qui dirigeait les opérations."

Keleier Arkae n°78

Le bulletin bimestriel de l'association est distribué gratuitement aux adhérents d'Arkae.

On se le procurer :

- pour un euro au local d'Arkae ou tous les mercredis d'été au marché de Kerdévot (17h-19h)
- pour deux euros si vous souhaitez le recevoir par poste. Vous pouvez nous en faire la demande par email (contact@arkae), par courrier (Arkae, 3 rue de Kerdévot, 29500 Ergué-Gabéric) ou par téléphone (02 98 66 65 99).
 
Dans la presse
Article paru le 16 août dans Ouest France