S'abonner à la newsletter

Nous avons 115 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

L'actualité du patrimoine

15 novembre 2016/15 a viz Du 2016

LE RETABLE FLAMAND DE LA CATHEDRALE DE RENNES EN RENOVATION

Le petit frère du retable de Kerdévot fait une cure de jouvence à Vesoul.Il n'existe que deux retables flamands en Bretagne :
celui de Kerdévot en Ergué-Gabéric qui date du XVème siècle et celui de Rennes daté du XVIème siècle.

Détail du retable de Rennes : le mariage de la Vierge.
À Rennes, l’histoire du retable flamand de la Cathédrale de Rennes est un long feuilleton à rebondissement.
Œuvre remarquable réalisée dans un atelier anversois au début du XVIe siècle pour être exposée dans la chapelle de l’hôpital Saint-Anne, elle connut à partir de la révolution plusieurs déménagements, bien des misères et dégradations, deux vols (1975 et 2007),
avant de finalement faire l’objet d’une attention toute particulière, d’une importante campagne de restauration menée sous l’égide de la DRAC de Bretagne.
Après avoir rejoint, dans le plus grand secret, un atelier à Vesoul (Franche-Comté) spécialisé dans la réfection des retables,7 spécialistes se relaient depuis l’automne 2015 au chevet de cette pièce qualifiée de pièce maîtresse du trésor de la Cathédrale de Rennes.
Un retable en bois sculpté et doré composés de nombreux personnages, acteurs de scènes évangéliques.
Parmi les thèmes communs aux deux retables : l'adoration des bergers, l'adoration des mages, la présentation au temple, les funérailles de la Vierge et l'assomption. Seul le Mariage de la vierge est original dans le retable de Rennes.
Voir le reportage de France 3 Bretagne.

 

 

ACTUALITE DU PATRIMOINE

12 décembre 2016 / 12 a viz Kerzu 2016

 

"1916 Deux régiments bretons à Verdun"

de Christophe Guérin et Yann Lagadec 

 

La Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine et l’Amicale des anciens du 41e R viennent de publier 1916 Deux régiments bretons à Verdun. Les auteurs, Yann Lagadec (maître de conférence à l’Université de Rennes 2), qui est venu l’an dernier animer une conférence dans le cadre d’un café histoire d’Arkae sur les femmes dans la Grande Guerre et Christophe Guérin, administrateur national des Anciens du 41e RI, relatent à travers cet ouvrage l’action des 41e et 241e RI, les deux régiments rennais, durant l’effroyable bataille de Verdun dont on commémore le centenaire cette année. Plusieurs Gabéricois ont servi dans ces régiments, dont René Le Meur de Stang Quéau. Terrassier à Draveil (Seine) lorsqu’il est mobilisé en septembre 1914, il est justement tué à Verdun le 1er juillet 1916.

 

« Le 27 juin 1916, les deux régiments montent à l’assaut du village de Fleury. Stoppés par les tirs de l’artillerie et des mitrailleuses allemandes, les fantassins subissent de lourdes pertes. Pendant dix jours, ils vont combattre ans des conditions particulièrement éprouvantes, souffrant de la soif, subissant les effets d’un bombardement quasi permanent. »

 

Cet ouvrage de 166 pages est proposé au prix de 12€. 

Pour tout renseignement, contacter la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine et l’Amicale des anciens du 41e R.

 

 

L'actualité du patrimoine

23 juin 2015

Une famille de Basse-Bretagne dans la Grande Guerre : la presse en parle....

 

La présentation du livre de Jean-François Douguet a retenu l'attention des Elliantais et suscité les discussions.

A Ergué, la publication d'Une famille de Basse-Bretagne face à la guerre a également été remarquée par Ouest-France.

 

 

L'actualité d'Arkae

9 mai 2016

Arkae sort un nouveau cahier de 100 pages : L'histoire du Bourg d'Ergué-Gabéric

Le 14 mai, à l'occasion de l'évènement "Lumières sur le Bourg", Arkae a dévoilé son 21e cahier, une synthèse de 100 pages, abondamment illustrée et en couleur, sur l'histoire du Bourg d'Ergué-Gabéric.

Cette année, année du Bourg, Arkae s'est attachée à reconstituer la mémoire du chef-lieu de la commune. L'association a publié plusieurs articles sur ce thème dans ses keleiers, mais elle s'est aussi investie, pendant plusieurs mois, dans la conception d'un livre et l'élaboration d'une vidéo-projection sur l'histoire du Bourg. Ce sont ces deux travaux qui seront présentés le 14 mai prochain au Bourg. L'évènement sera également l'occasion d'une mise en lumières de l'église Saint-Guinal, d'animations musicales et d'un bal (renseignements et réservation des repas (12 €) : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  / 02 98 66 68 21).

L'histoire du Bourg d'Ergué-Gabéric, cahier n°21 d'Arkae, sera vendu sur place, à notre stand. Notre commune, née au XIIe siècle, s’est dotée d’un centre paroissial hors des routes principales, et qui plus est, d’accès difficile sur trois côtés. Cela n’a pas empêché nos ancêtres du XVIe siècle d’y bâtir une église de belle facture. Centre religieux, le Bourg est devenu à la Révolution un centre administratif, puis à la fin du xixe siècle, un centre du savoir avec la création de trois écoles. La concurrence scolaire et la lutte pour le pouvoir politique ont rythmé le xxe siècle dans un face-à-face église/mairie qu’on retrouve partout en Bretagne. Depuis 40 ans, les querelles se sont estompées pour laisser place à une remarquable convergence, qui a redonné au Bourg, porte d’entrée de la partie rurale de la commune, sa place essentielle dans la vie communale, à côté des deux autres quartiers urbanisés. Bientôt fort de 2200 habitants, vers 2026, le Bourg a besoin d’affermir ses racines par une « Histoire » à la disposition à tous.

L'histoire du Bourg d'Ergué-Gabéric,
Éditions Arkae, 2015, 32 pages illustrées, 12 €.
 
Le livre sera disponible à la vente:
- au local d’Arkae, Espace Déguignet, bourg d’Ergué-Gabéric, où une permanence sera assurée lors de l'exposition photographique sur le Bourg
- à la librairie Ravy, passage du Chapeau-Rouge à Quimper
- Pour commander cet ouvrage par correspondance (livre disponible à partir du 16 mai), téléchargez, imprimez, remplissez ce bulletin : Bon de commande à imprimer
Envoyez-le à l'adresse d'Arkae (3, rue de Kerdévot, 29500 Ergué-Gabéric), accompagné de votre règlement.

 

 

 

L'actualité du patrimoine

Le Grand pardon de Kerdevot a lieu ce dimanche

En rassemblant plus d’un millier de croyants et profanes ce dimanche, le Grand pardon de Kerdevot prend à la fois des allures de fête religieuse et de fête de quartier.

L’événement

125 kg de pommes de terre, 150 kg de choux, 16 kg de saucissons, 40 kg de lard, 50 kg de saucisses… Voilà des chiffres qui forcent le respect. Il n’en faut pas moins pour préparer les 500 repas du fameux ragoût de choux du Grand pardon de Kerdevot, ce week-end, le plus important de la région de Quimper. Et ils seront de deux à trois fois plus pour assister à la grande procession en habits traditionnels bretons du dimanche aprèsmidi, le temps fort du pardon.

1 300 personnes

« Les 450 repas avaient tout de même été servis, mais la procession n’avait pas pu avoir lieu », se souvient Dominique Quiniou, président de l’association des Fabriciens (équivalent du trésorier en ancien français) qui gère la partie religieuse de l’événement. « On attend 1 200-1 300 personnes dimanche et environ 200 personnes dans la procession organisée cette année par Yann Bothorel. » Le matin, plusieurs centaines de personnes auront assisté aux messes de 9 h et 10 h 30 et quelques douzaines auront participé à la marche entre le bourg et Kerdevot (18 h) puis, à sa procession de lumières (20 h 30). Sans compter le pardon des aînés, jeudi, qui a attiré plus de 200 résidents des maisons de retraite du Pays de Quimper. Et si la fréquentation a accusé une baisse ces dernières années, la manifestation continue de mobiliser, en tout cas bien au-delà de la sphère religieuse. « Certains ne viennent jamais à la messe mais sont là tous les ans avec les habits de leurs grands-parents. Il a pris une dimension à la fois traditionnelle et culturelle. En outre, le mélange du religieux et du profane est typiquement breton. Le croyant qui vient se faire pardonner ses pêchés côtoie les joueurs de boules qui viennent voir leurs copains. » En ce sens, la mise en place du fameux ragoût de choux, il y a 30 ans par l’association des habitants du quartier de Kerdevot, a donné « un gros coup de fouet à la fréquentation », reconnaît le fabricien. Entre deux messes, on peut se rafraîchir et jouer aux boultenn, quilles et autres palets, sans oublier la pêche à la ligne pour les enfants. « C’est un peu notre fête du quartier », souligne Annie Daoudal, présidente de l’association profane. « Une exposition des peintures de Claudine Jacques et des photos de Nathalie Kerouedan seront également mises en place ». Et puisqu’une fête bretonne ne saurait se dérouler sans musique, le festdeiz sera assuré par le groupe de Poullaouën Avel-ar-Menez.

Ouest France 9 septembre 2016
 

 
Plus d'articles...