S'abonner à la newsletter

Nous avons 64 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

Les lieux historiques

 

Le château de Lezergué

 
Le château de Lezergué se trouve sur la route qui relie le lieu-dit l'Hôtel au Bourg d'Ergué-Gabéric, près du croisement de Saint-Joachim.
 
Le château, actuellement en ruines, a remplacé à la fin du XIXe siècle un autre manoir qui lui a fourni une partie de ses pierres. Le reste des pierres a été enlevé du manoir voisin de Kerfors, inoccupé à cette époque.
 
Au début du XXe siècle, comme l'atteste le dessin ci-dessus de Louis Le Guennec (réalisé vers 1930), le manoir était encore une massive construction avec une sévère façade en pierres de taille sombres, relevée aux extrémités de deux pavillons.
Il y a encore sous les ruines du manoir des caves voûtées. On dit qu'il s'y trouvait un souterrain allant à Kerfors, à moins d'un kilomètre de là. Devant le château, on observe encore les traces des anciens jardins.
 
Les premiers seigneurs connus de Lézergué au 13e siècle étaient les Cabellic qui ont donné leur patronyme (déformé en Gabéric) à la deuxième partie du nom de la commun, lors d'une scission avec le Petit-Ergué ou Ergué-Armel.
Leur blason "de gueules à la croix potencée" atteste une appartenance vraissemblable à l'ordre du St-Sépulcre fondé par Godefroid de Bouillon lors des croisades. Ce blason d'Ergué-Gabéric a été inscrit cantoné de 3 hermines dans le blason communal officialisé par la Commission Départementale d'Héraldique et la Préfecture.
 
Le vieux château de Lezergué a hébergé ensuite des familles importantes de nobles bretons qui ont l'occasion de se faire connaître au delà des frontières de la commune d'Ergué : les Coatanezre (XVe siècle), les Autret (XVIe et XVIIe siècles) et la famille La Marche (XVIIIe siècle).
 
Depuis 1996, l'exploitation de Lezergué s'est spécialisée en cidrerie. Les bouteilles "château de Lézergué" et "an tri breudeur" (sic) sont désormais des cidres cornouaillais reconnus (médaille d'or au salon de Paris dès 1997). Outre l'organisation des visites des vergers, de la cidrerie, du musée d'outils agricoles anciens, les propriétaires ont également entrepris un projet de restauration de la façade du château.
 
 

Le manoir de Pennarun

 
Quand on vient de Quimper au Bourg d’Ergué-Gabéric par la vallée du Jet, la masse imposante du manoir de Pennarun s’élève à droite de la route, pratiquement au sommet de la côte, un peu avant le cimetière. Deux entrées, l’une à l’Ouest, l’autre à l’Est, permettent d’accéder à la cour.
 
Plusieurs familles ont marqué l'histoire du manoir au travers des siècles : Provost, Rozerc'h, Coatanezre, Tréanna. Au début du WXIIIe siècle, le chateau appartenait à un membre de la famille Geslin, messire Jean-Baptiste Geslin. En 1790, Marie-Hyacinthe Gélin, âgé de 19 ans, est mentionné sous le sigle Mr. Ce jeune homme rejoindra la Chouannerie où il sera nommé chef de la 9e légion de l'armée de Cadoudal.