S'abonner à la newsletter

Nous avons 30 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

 

Couverture Histoire de ma vie : l'Intégrale des Mémoires d'un paysan bas-breton de Jean-Marie Déguignet

Histoire de ma vie

L'intégrale des Mémoires d'un paysan bas-breton

Jean-Marie Déguignet

 
Edition établie par Bernez Rouz et Norbert Bernard
Aux éditions An Here
944 pages
ISBN : 2 86843 226 3 
30 €
 
 
Critiques, préface et extraits disponibles sur le Site officiel de Jean-Marie Déguignet

 

Publiés en 1998, les Mémoires d'un paysan bas-breton, de Jean-Marie Déguignet ont créé l'événement. Plusieurs facteurs expliquent cet extraordinaire succès d'édition : Déguignet parle vrai ; issu des couches les plus pauvres de la paysannerie, il exprime par ses tripes la misère ambiante au XIX° siècle. Déguignet le soldat de Napoléon III apporte un témoignage unique sur quatre campagnes du Second Empire : la Crimée, l'Italie, la Kabylie et le Mexique. Autodidacte, anticlérical et républicain convaincu, il se forge une pensée libre dans une société qui hésite entre empire, monarchie et république. Les Mémoires d'un paysan bas-breton ne contiennent que la partie dynamique de son existence, soit 40 % de Histoire de ma vie, écrit entre 1898 et 1905.

Dans cette édition complète du manuscrit de 2584 pages, on trouvera le texte de cette précédente édition complété de l'ensemble de ses réflexions sur la société de son temps et surtout l'évocation des grands dossiers de l'époque : l'affaire Dreyfus, le scandale de Panama, la poli­tique anticléricale de Combes. Le ton extrêmement virulent de Jean-Marie Déguignet rappelle le temps où la liberté d'expression était une conquête nouvelle et où le politiquement correct n'existait pas.

« J'ouvris incontinent le premier cahier, ce me fut une révélation. Je ne m'arrachai plus au charme puis­sant et fruste de ces confidences d'un Breton du peuple. » Anatole Le Braz, Revue de Paris, 1904.
« On eût aimé que son histoire fût moins âpre. Mais Jean-Marie Déguignet a trop connu la misère pour la parer de la moindre des vertus qui adoucit souvent les écrits des historiens. » Marie-Gabrielle Miossec, La France Agricole, 2000.
« De la Crimée à la Kabylie ou au Mexique, il ouvre grand les yeux sur les turbulences de ces pays... Une mine pour les historiens, amateurs ou professionnels. » Marianne Payot, L'Express, 2000.
« Personnage hors du commun, aussi bruyant mort que vivant. » E. De Montety, Le Figaro Magazine, 1999.
« La vie d'un paysan du XIXe : ré-vo-lu-tion-naire ! » J. Bourgeois, Marianne.
« Ce sacré bonhomme est un grand caractère ; un têtu, un indépendant, un libertaire, un républicain, un bouffeur de curés et de seigneurs. » Michel Polac, France-Inter, 1998.
« Déguignet est un individu hors norme, un pur anarchiste de la terre. » Daniel Morvan, ArMen,1998.
« Des clichés éventrés par un verbe effilé, la bonne société des gens de lettres malmenée, la curaille dé­vorée à tour de page. Sacré personnage ! » Bretagne Magazine, 1998.