S'abonner à la newsletter

Nous avons 71 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

Bourg d'Ergué en 1790


Le "petit bourg" du "Grand" Ergué en 1790

Le 20 juillet dernier, dans le cadre des "Mercredis du Patrimoine", une conférencière de l'Office du Tourisme de Quimper, Jacqueline Van Thielen, a conduit la visite du bourg d'Ergué-Gabéric par une quarantaine de personnes. Elle a contribué à faire découvrir ou approfondir par chacun les raisons géographiques de l'implantation du bourg, l'histoire de son développement (ou de sa stagnation), la qualité et la répartition de ses habitants...
Dans la suite de cette visite, pour que chacun puisse se faire une représentation plus éclairée de ce qu'était le bourg il y a 215 ans, pourquoi ne pas se reporter aux résultats du Recensement de 1790 concernant précisément sa population ?

Combien d'habitants ?
Il est recensé 61 "âmes" (ou habitants). C'est peu, y compris au regard de la population totale de la paroisse, qui était établie à la même période à 1609 personnes : le bourg ne représentait donc que 3,79 % de la population de la paroisse. Il n'y a pas lieu de penser qu'il y a eu "beaucoup de monde dans le bourg" autrefois !
 
Combien de familles ? - ou plus précisément de "feux", c'est-à-dire de "foyers" (personnes regroupées sous un même toit) ?
Il y en avait 16, d'inégale importance.

Deux "feux" importants ressortent, avec chacun huit habitants :
Le presbytère, où vivent :
  • Le recteur, M. Dumoulin, 43 ans, et aussi sa mère, 70 ans, et sa nièce de 20 ans,
  • Le "curé" ou vicaire, M. Vallet, 29 ans,
  • Un autre prêtre, M. Tanguy, 33 ans,
  • Un "clerc tonsuré" de 18 ans, M. Le Breton, peut-être neveu du recteur,
  • Et deux domestiques : homme de 26 ans et femme de 39 ans.
  • Dans une autre maison vit un autre prêtre, Monsieur Baudry, 59 ans, et sa sœur, 54 ans.
 
La ferme Le Roux, dirigée par l'unique "cultivateur" (propriétaire) du bourg, Corentin Le Roux, 35 ans, marié en secondes noces à Marie-Catherine Le Guyader, 38 ans, qui a emmené une fille (15 ans) et un garçon (6 ans) de son premier mariage. Il y a 4 domestiques : une femme de 23 ans et 3 garçons de 26, 24 et 16 ans.
 
On observe ensuite qu'il y a deux "métayers" :
  • François Dagorn, 53 ans, et son épouse de 43 ans, qui ont deux filles de 7 et 5 ans, et par ailleurs un garçon de 13 ans et une fille de 15 ans issus du mariage précédent des deux époux (total : 6 personnes),
  • Jacques LOUIS, 35 ans, et sa femme, 37 ans, avec un fils (8 ans) et deux filles (3 ans et 6 mois), et qui ont une veuve de 54 ans comme journalière (total : 6 personnes)
A ces trois fermes s'ajoutent :
  • Un boulanger et sa femme (31 et 48 ans), sans enfants, avec une jeune fille de 20 ans comme domestique.
  • Un "hobergiste" et sa femme (32 et 25 ans), avec leurs deux filles de 4 ans et 6 mois, et une domestique de 26 ans. Ils hébergent chez eux une "tailleuse" de 30 ans.
  • Un autre "hobergiste" et sa femme (50 et 40 ans), sans enfants.
  • Un "sacriste" et sa femme (43 et 44 ans), chez qui vit un neveu de 9 ans.
  • Un "maréchal" et sa femme (32 et 39 ans), avec leur fille de 4 ans et d'autre part un garçon de 17 ans et une fille de 11 ans issus du premier mariage de l'épouse.
Enfin des maisons de journaliers et de veuves :
  • Un journalier de 31 ans, avec sa femme de 26 ans, leurs deux filles (4 ans et 8 mois) et la belle-mère, veuve de 64 ans,
  • Une autre veuve de 67 ans, chez qui vivent une journalière de 42 ans et la fille de celle-ci, 8 ans,
  • Une veuve de 64 ans, qui héberge une domestique de 40 ans,
  • Une journalière de 54 ans, veuve qui vit seule,
  • Et enfin une veuve de 67 ans, chez qui est installé un cordonnier de 36 ans.
On voudrait pouvoir en dire plus sur la localisation des maisons des uns et des autres. Celle des deux plus importants "feux" s'impose : le presbytère et la ferme Le Roux. Mais il est encore facile d'imaginer que les artisans sont en "haut" du bourg, tandis que les journaliers et les veuves sont " Traon ar vorc'h ", où se remarque encore ce qu'il reste de leurs petites maisons aux abords du lavoir.
Le recensement fait encore état de 7 "actifs" dans le bourg. Sont ainsi désignés les gens qui ont un revenu suffisant pour devoir verser des contributions fiscales : le recteur et trois autres prêtres, le "cultivateur", un "métayer", un "hobergiste". Je vous invite à monter à " Menez ar vorc'h " pour voir s'animer ce " petit monde ".
François Ac'h - 2005