Nous avons 31 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

 Louise Kergourlay de Lost ar Gilleg

Souvenirs de Louise Kergourlay

 

" Habitant à Lost ar Guillec depuis un peu plus d’un an, j’ai souhaité mieux connaître ce hameau. Avec Isabelle Guégan, habitante des lieux, nous sommes allées interviewer Mme Louise Kergourlay.
Née à Lost ar Guillec en 1932, elle est actuellement religieuse à Sainte-Anne d’Auray où elle nous avait préparé un très chaleureux accueil. Qu’elle en soit ici remerciée. " 
 

Un trésor à Lost Ar Guillec ?

« La légende veut que le premier bâtiment encore existant de Lost ar Guillec était la maison d’un notaire qui y aurait caché un trésor. La mère de Louise l’avait connu avec un toit de chaume et l’on disait alors que, lorsqu’on le détruirait, on trouverait le trésor… Sans doute est-il très bien caché.
Dans « les aveux collectifs de Christophe Blohio, Françoise Le Roux, sa femme et Jehanne Kerguz, mère de cette dernière », en 1540, on apprend qu’il y avait déjà un bâtiment à Lost ar Guillec. Etant donné le style de cette maison (présence notamment d’une accolade au-dessus de la porte), on peut avancer qu’il s’agissait déjà de celle-ci. Entre temps et jusqu’à ce que le propriétaire actuel l’aménage, elle a servi de débarras, de crèche à cochons.
Entre cette maison et la grande maison (partie neuve actuelle), il y avait un hangar avec le pressoir à cidre ainsi que du bois. On faisait en effet du cidre à Lost ar Guillec où il y avait de nombreux pommiers et le grand-père Nédélec a d’ailleurs reçu des prix pour son cidre bouché.
En 1846, date que l’on peut lire au linteau d’une fenêtre de la grande maison, M. et Mme Laurent s’installèrent à Lost ar Guillec. Peut-être firent-ils construire la grande maison. Ils venaient d’une grande ferme, à environ deux kilomètres de la chapelle de Kerdévot. N’ayant pas d’enfant, ils décidèrent de venir vivre dans une ferme de plus petite taille. Au bout de quelques temps cependant, ils eurent trois filles. De ces trois filles, l’une alla s’installer à Mezanlez. La fille de celle-ci recevra Lost ar Guillec en dot : c’est la grand-mère de Louise. Quant à son grand-père Nédélec, il venait de Lezergué. 
Derrière la grande maison il y avait un appentis avec d’un côté la laiterie et de l’autre, dans une partie plus longue, un âtre surélevé avec deux galettières. C’est là que l’on faisait des crêpes en quantité lors du grand pardon de Kerdévot, quand toute la famille se retrouvait à Lost ar Guillec et à Kergamen (acheté par le grand-père Nédélec). 
 

L’arrivée de la fée électricité

Le grand-père Nédélec acheta le moulin afin d’agrandir sa propriété. A côté, il construisit une autre maison pour sa retraite. Vers 1942-43, alors que le père de Louise et son commis faisaient le tour des fermes pour prendre le grain et rendre le son, ils embarquèrent un homme qui traînait son vélo. Celui-ci leur demanda s’il y avait l’électricité au moulin, ce qui n’était pas le cas. Un peu plus tard il vint y installer l’électricité, ainsi qu’à Kergamen et même à Lost ar Guillec. Il y avait une dynamo et quand le moulin tournait, les accumulateurs se chargeaient et on avait donc de l’électricité. Ainsi, le moulin a permis à la famille d’être les premiers à avoir l’électricité, dans les environs. Lors du débarquement en Normandie, la famille n’avait pas fini de manger que tous les voisins venaient suivre les actualités à la maison. 
L’activité du moulin permettait aussi d’élever un nombre considérable de cochons à Kergamen, puisque le père de Louise prélevait un kilo par sac de son pour les nourrir. 
Le moulin est resté en fonction jusqu’en 1950 environ, période où le père de Louise a cessé l’activité.
 

Un vrai paradis  !

Archives Arkae Louise Kergourlay de Lost ar Gilleg

Là où se trouve actuellement la maison neuve, il y avait un jardin clos, « un vrai paradis ». On y trouvait des poires, des groseilles, des fraises, des groseilles à maquereaux, des fleurs, des légumes… Il y avait aussi du très beau raisin. La vigne s’étendait sur les façades des bâtiments et l’on peut encore en voir un petit bout sur la crèche accolée à la grande maison. Du cresson poussait dans la petite rigole qui partait de la fontaine. Au marché, on vendait tous ces produits, ainsi que les noix et les pommes à couteau qui avaient un bon succès, les lapins, les poules… Ces « milles petites choses » qui faisaient que la ferme tournait.
Tous les champs autour étaient très cultivés, même là où il y a actuellement les pins.
 
 

Un quartier très animé

Un petit sentier traversait la prairie derrière Lost ar Guillec. Il était si emprunté que jamais on n’aurait pu penser qu’il disparaîtrait. On allait de Lost ar Guillec à Kergamen par là. C’est aussi par là que ceux de Kernaou rejoignaient le Reunic, ainsi que ceux de Penmine, de Kerampeillet…
Le père de Louise avait aménagé la mare en face du moulin : il avait monté deux murs de chaque côté de la fontaine et adossé un toit en papier goudronné à la petite butte qui la surplombait. Les gens du quartier utilisaient ce lavoir couvert et durant le mois de janvier on l’invitait à prendre le café, en remerciement. Lui-même répondait aux invitations et il y avait comme cela un roulement pour s’inviter, lors du changement d’année.
A la forge du Reunic, on ferrait les chevaux, les roues des charrettes, on y trouvait également des machines à battre, etc. Pendant la guerre, le lundi matin surtout, les gens venaient apporter leur sac de blé au moulin. Et en attendant, ils allaient faire ferrer leur cheval chez le forgeron. Il y avait aussi un courtier en produits du sol et, plus loin sur la route, un cantonnier.
En ce lieu de passage qu’était le Reunic, on trouvait aussi un café-épicerie. La mère de Louise lui a raconté que les gens d’Elliant s’y arrêtaient pour se reposer et boire un café, en allant au marché de Quimper. On y organisait des repas de mariage, ainsi que les bals du 31 décembre, du petit pardon et du grand pardon de Kerdévot, les dimanches soirs. C’était très vivant. Au grand pardon, on rencontrait au bal du Reunic des personnes de toutes les communes alentours (Ergué-Armel, Elliant, Landudal).  »
Témoignage recueilli parAurélie le Déroff 
 
Voici retracé un morceau d’histoire de Lost ar Guillec, écho de cette vie dont est héritier le moindre de nos villages.
Et l’on ne vous a encore rien dit du « tonton russe », devenu précepteur des enfants du Tsar et qui possédait, dit-on, une rue entière à Saint-Petersbourg.
Le grand-père avait acheté Kergamen et quand sa fille Joséphine s’était mariée avec Monsieur Bacon de Kernaou on lui avait donné cette ferme. 
Marie-Louise, Joséphine et Marie-Jeanne sont restées.
Durant la jeunesse de Louise, Joséphine et Marie-Louise tenait la ferme de Kergamen. Un employé venait tous les jours du bourg pour y travailler. Puis elles sont venues à Lost ar Guillec et ce sont les Kergourlay qui se sont occupés de Kergamen jusqu’en 1963, qu’ils louaient à Joséphine, Kergamen étant un ferme plus importante (plus étendue, plus de bâtiments). Les grands parents, eux étaient au moulin.
Marie-Mouise et Joséphine s’occupaient du jardin, lorsque les Kergourlay sont partis à Kergamen. Elles l’aimaient beaucoup. Les deux tantes ont vécu avec leur mère jusqu’à son décès en 1949, dans la grande maison. Celle-ci était descendue du moulin après le décès de son mari.
Il y avait un petit pont. (la prairie du moulin)
De l’autre côté de la route, un petit champ fait aussi partie de la ferme de Lost ar Guillec. (Park Pont)
Plus haut, il y a aussi un peu de lande que Mezanlez avait donné dans la dote de leur fille, pour que Lost ar Guillec ait aussi un peu de lande, nécessaire à toute ferme autrefois.
L’étang sur la route de Mezanlez faisait partie du moulin. Il avait fallu faire des travaux pour que l’eau vienne l’alimenter. (elle a vu vider cet étang par 38 hommes).
Si l’on remonte dans le temps, Lost ar Guillec a peut-être été une fabrique de poterie gallo-romaine. En effet, lorsque tante Joséphine cultivait le petit jardin, elle trouvait beaucoup de poteries. La présence d’eau et de buis ainsi que l’intuition qu’une voie romaine devait passer à proximité, lui permettait d’arriver à cette conclusion.
Keleier Arkae - n° 26 février 2003