Nous avons 99 invités en ligne
 
Association Arkae
3 rue de Kerdévot
29500 Ergué-Gabéric
02 98 66 65 99
 

A l'école publique de Lestonan dans les années 20  

 
Lors des entretiens que nous accordent nos anciens sur la vie tout au long du XXe siècle à Ergué-Gabéric, nous ne manquons jamais de leur demander les contes, comptines, chansons dont ils se rappellent.
La chanson dont nous vous présentons le texte ci-dessous nous a été interprétée par Madame Marie-Anne Coatalem, de Stang Ven. Elle l’a apprise à l’école communale de Lestonan et se souvient de l’avoir chantée dans le cadre des épreuves du certificat d’études qu’elle a passé en 1928.  
 
Charpentier solide et hardi maçon
Bâtissez la maison, bâtissez la maison.
Coiffe-là de tuiles ou de fines ardoises
Couvreur que je vois si vaillant.
Citadine ou villageoise, 
Qu’elle ait un sourire accueillant.
Peintre fais la claire et jolie,
Ferme-la bien bon serrurier.
A vous tous adroits ouvriers,
Faites-en une œuvre accomplie.
Jardinier pare-la de fleurs, 
Achevez la maison de l’homme ô travailleurs (bis)  
 
 
Ecole Lestonan Filles bourg 1927Madame Coatalem est née en 1914 à Stang Ven. Ses parents étaient ouvriers-papetiers chez Bolloré. Elle a été scolarisée à l’école communale de Lestonan. C’était alors le seul établissement scolaire du quartier, puisque l’école privée ne verra le jour qu’en 1928.
Mmes Manach et Rolland s’occupaient des plus jeunes élèves, Mlles Dréau et Rannou assuraient la maternelle et la 2ème classe.Mme Lazou préparait la 1ère classe au certificat d’études.
 
Les conditions d’enseignement étaient loin d’être idéales : 103 élèves occupaient une même pièce, un rideau séparant simplement la première classe des autres, dont les effectifs se retrouvaient donc en commun. La cour plantée de tilleuls était agréable en été mais le sol en terre battue et aux nombreux nids de poules devenait très boueux en hiver. La cour restait cependant l’endroit idéal pour échanger dans un coin quelques mots en breton avec une amie complice et se reposer de l’usage du français ou encore, jouer au carré, à la balle, à la corde à sauter. 
Madame Coatalem se souvient des recommandations de l’institutrice pour le jour du certificat d’études : prendre un bain et mettre un sucre dans sa poche, pour parer à tout éventuel signe de faiblesse durant la longue journée d’épreuves. Madame Coatalem s’acquitta du bain réglementaire dans la lessiveuse, baignoire de l’époque.
Le matin du grand jour, elle revêtit son costume du dimanche. Avec les dix autres candidates au certificat d’études de cette année-là, elle partit dans le char à banc de M. Cariou de Munuguic. L’examen se déroulait à l’école Pasteur à Quimper. Les enfants avaient emmené leur casse-croûte pour le midi. Le soir, elles sont rentrées à Ergué-Gabéric avec un car de la société Mevellec. Neuf candidates, dont madame Coatalem, ont obtenu leur certificat d’études. 
L’obtention du certificat d’études était un honneur et l’instruction de la plupart des fillettes n’allait pas au-delà. L’institutrice de madame Coatalem aurait souhaité qu’elle intègre la sixième, à Quimperlé. Mais elle quitta l’école à l’âge de treize ans et demi. Elle travailla d’abord dans le cercle familial chez une sœur aînée, mère de deux enfants et bobineuse à la papeterie, puis chez son frère à la forge du Reunic, avant d’être employée dans différentes fermes.    
 
Photo : Fillettes à l'école publique de Lestonan vers 1927-28.